Soutenir les initiatives Made In France

14On est toujours fier de consommer le Made In France, non seulement pour la qualité mais également pour promouvoir la production locale. On note alors un engouement pour les produits français ces derniers temps que même à l’étranger, on est plutôt enclin pour les articles français. Certes, il y a cette nouvelle technologie des ventes en ligne et par correspondance, mais beaucoup sont devenus accros à cette étiquette et s’engagent à consommer la « fabrication française ».

Le Made In France a le vent en poupe

Il y avait un temps où les Américains ont envahi le marché international que c’était devenu un code dans la mode et dans d’autres domaines, beaucoup de Français ont alors couru derrière ces produits venus de l’autre côté de l’océan Atlantique. Il y avait ensuite les produits chinois, quand le pays commençait à s’inscrire dans la liste des grandes puissances, et beaucoup de Français ont été également séduits par le côté « moins cher » de ses produits. Mais depuis quelques années, on note une certaine fierté des consommateurs Français pour le « Made In France » et ils ne jurent que pour cette étiquette tout en préservant sa renommée et en s’engageant à une consommation exclusive.

Parmi les marques qui arborent avec fierté cette étiquette, Royal Mer fait des adeptes et clame haut et fort que ses articles sont issus d’une conception et d’une fabrication Française. Royal Mer est également un des ambassadeurs des enseignes françaises auprès des consommateurs étrangers, mais surtout ceux de France qui veulent actuellement soutenir les marques françaises et la relance de l’économie française entame maintenant une vitesse supérieure.

On constate également la recrudescence de TPE et PME qui revalorisent le savoir-faire français que des labels qui hissent plus haut la fabrication française avec le label Terre Textile qui assure 75% des produits fabriqués en France, mais aussi les mentions « Entreprise du Patrimoine vivant », « Produit en Bretagne » ou encore « Origine France garantie ».

Ce n’est pas seulement pour garantir la provenance des matières premières et la qualité de production que le choix se penche maintenant à la consommation de produits français, c’est aussi un acte de citoyen afin de donner un nouvel élan à nos entreprises, mais c’est également un acte écologique et social pour être sûr de l’origine des équipements et matières, mais c’est surtout un acte économique qui va générer des emplois.

Quand les Françaises s’y engagent!

La tendance pour les ventes en ligne que beaucoup de Françaises, addictes de l’achat par correspondance, a aussi permis aux produits « Made in France » d’être relancés et de connaître un second souffle. En effet, 70% des Françaises sont très à cheval sur le principe de n’acheter que des articles avec cette mention parmi les 94% qui n’achètent un produit que si l’origine soit inscrite dessus.

Les statistiques disent même que cette préférence pour la production française ne concerne pas seulement les Françaises, elle va au-delà des frontières et l’exportation vers les autres pays de l’Union Européenne connaît une augmentation. Ceci, grâce à cette formule Web qui permet de commander en ligne et de se faire livrer les articles, et si elle n’a séduit que les trentenaires avant, les femmes entre 45 et 65 ans deviennent aussi des clientes régulières.

Le pari des entreprises françaises

Si le « Made In France » connaît actuellement un tel succès, c’est surtout grâce au marketing que beaucoup d’entreprises adoptent. En effet, près de 450 entreprises françaises font le pari sur la possibilité de « produire et consommer français » et parmi les moyens qui permettent de clamer, de montrer, d’inciter les gens à cette forme de consommation, le salon du Made In France est une plateforme de rencontre, de présentation et de promotion de ces produits.

Selon les sondages, 93% des Français pensent que pour soutenir les entreprises françaises, il est essentiel d’acheter des produits français, et que 85% sont prêts à s’y engager. Et Gabienne Delahaye, créatrice du salon rejoint cette idée en disant « la richesse ne commence jamais avec du pouvoir d’achat, mais toujours avec la capacité de créer, travailler et produire là où nous vivons », une belle intervention pour encourager à la consommation locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *